S’autoriser à laisser sortir ses émotions négatives: l’exemple de Djokovic

  • Vous ressentez de la frustration, de la colère ou de la tristesse quand tout ne se passe pas comme vous le souhaitez.
  • Vous vous dites qu’il est préférable de garder vos émotions négatives en vous.
  • Vous pensez que laisser sortir cette frustration, cette colère ou cette tristesse ne ferait qu’aggraver les choses.
  • Et si au contraire vous vous autorisiez à laisser sortir vos émotions négatives comme l’a fait Djokovic lors de sa conférence de presse après sa défaite en quart de finale de Roland-Garros 2018?

NE PAS S’AUTORISER A LAISSER SORTIR SES EMOTIONS NEGATIVES : L’ECHEC ASSURE

Roland-Garros commence dans quelques jours et Djokovic est un des grands favoris de ce tournoi. La situation était pourtant bien différente il y a un an à la même époque.

Le Serbe revenait de blessures, était classé 2ème joueur mondial et semblait peu concerné par le tennis. A cette époque, Novak enchaînait les défaites mais ne montrait aucun signe d’agacement ou de frustration après ses échecs. Son comportement inquiétait les observateurs car il ne reflétait aucunement la personnalité de champion de Djokovic.

LA COLERE DE DJOKOVIC : LE DECLIC

En quart de finale de Roland-Garros, Djokovic va perdre contre l’italien Cecchinato, classé aux alentours de la 80ème place mondiale. Pendant ce match, il va montrer pour la première fois depuis longtemps des signes d’agacement, de frustration et de colère.

A la sortie de son match, Le Serbe refusera de se rendre dans la grande salle de conférence et les journalistes seront obligés de s’agglutiner dans une salle minuscule.

A l’analyse d’un journaliste qui affirmait que selon lui, même s’il avait perdu, Djokovic était de retour aux affaires, le Serbe répondra que le seul endroit où il était de retour c’était dans les vestiaires. Par la suite, Djokovic fera quelques réponses laconiques teintées de tristesse et de colère.

Après cette défaite et cette conférence de presse lunaire, Novak gagnera 3 grands chelems de suite, ne perdra quasiment plus de match et redeviendra rapidement numéro 1 mondial.

Pour beaucoup d’observateurs, ce match perdu a marqué un tournant dans la saison de Djokovic. Juste après cette défaite, il s’est remis en question et s’est enfin autorisé à sortir toute la frustration, la colère qu’il ressentait depuis plusieurs mois de ne plus gagner et de ne pas jouer son meilleur tennis.

CONCLUSION

L’exemple de Djokovic nous démontre que s’autoriser à laisser sortir ses émotions négatives, comme la frustration, l’agacement ou la colère permet quelquefois de rebondir et de devenir plus fort et plus performant.

Souvent, nous pensons que nous n’avons pas le droit de nous plaindre, de nous rebeller, de nous indigner quand rien ne fonctionne comme nous le souhaitons. Pourtant, c’est souvent un bon moyen de remettre les choses à plat afin de repartir du bon pied.